3 bonnes raisons pour un perroquet de se laver

Amandine Diot

Educatrice d’oiseaux et comportementaliste

Publié en avril 2017

Chez les oiseaux il y a deux façons de faire sa toilette : en mode vite fait en replaçant les plumes avec le bec ou en prenant un bon bain / une bonne douche.  Nos cousins sauvages n’ont qu’à attendre la pluie ou trouver une piscine naturelle (flaque, rivière, bord de lac…) pour se laver, mais nous, perroquets de compagnie avons besoin de votre aide, à vous humain,  pour cela, surtout pour ceux d’entre nous vivant exclusivement en intérieur. Et de quel droit les perroquets n’auraient pas le droit de se doucher ? Vous le faites bien vous les humains ! Parole de perroquet, je vous affirme que nous avons un réel besoin de se laver, voilà 3 bonnes raisons qui vous le prouvent.

Bonne raison n°1 : comme vous on se lave !

Nous, les perroquets,  n’avons pas les pattes palmées mais nous aimons l’eau voir même nous l’adorons : elle nous rend propre.

Se laver c’est une question de santé ! L’action de l’eau permet de nettoyer notre peau et nos plumes de la poussière (environnante et la poudre laissée par les plumes), l’huile en surplus sur nos plumes, les particules de plumes mortes, les parasites et bien d’autres éléments indésirables…..

L’eau nous permet aussi de garder la peau souple et hydratée. En effet, notre peau se dessèche facilement. Alors… pour un perroquet vivant à 100% en intérieur, je ne vous explique même pas…. Nos plumes ont besoin d’humidité pour conserver certaines de leurs propriétés.

Plusieurs stratégies pour laver son perroquet ?

Il existe différentes techniques, le plus courantes sont :

–          Le bain (dans une coupelle, dans l’évier, dans la baignoire…)

–          Une baignoire dans la cage

–          La douche, possibilité mettre perchoir ventouse

–          Le spray

–          Des feuilles ou de l’herbe mouillée

–          La pluie

Si votre perroquet prend sa douche tout seul, garder toujours un œil sur lui.

Quelle doit être la température de l’eau ?

Nous ce qu’on aime c’est l’eau tiède, ou à tendance fraîche (surtout par de belles journées d’été). L’eau chaude peut vraiment être dangereuse pour nous et endommager notre épiderme ou notre plumage.

Viser juste !

Si c’est vous qui nous aspergez, s’il vous plait abstenez-vous de nous arroser en pleine tête ce n’est pas du tout agréable.

Les zones que nous apprécions braiment beaucoup sont, par ordre de préférence :

–          Le dos

–          L’intérieur des ailes lorsqu’on les présente ouvertes

–          Le ventre

La toilette et ses options

D’après mes sources, la douche (qu’elle soit à la salle de bain ou en arrosage fin via un spray, un jet d’eau …) est notre moyen de toilette préféré, toutes espèces confondues. Vient ensuite le bain et enfin la pluie. Tout çà est bien évidemment une affaire de goût, et chaque perroquet doit pouvoir décider de son mode de toilettage. Humain, c’est à vous aussi de trouver ce qui nous correspond le plus !

Mais nous avons aussi d’autres moyens  de prendre soin de nous :

–          les bains de poussières (c’est plus un truc de poules que de perroquets, il faut bien l’avouer…)

–          l’enfumage. Certains oiseaux peuvent faire des « bains » de fumées, par exemple sur une cheminée. Les perroquets de sont pas beaucoup concernés par ce mode de toilettage.

–          le bain de soleil (p.s. : crème solaire inutile)

Position adéquate pour mouiller un maximum de plumes ! Merci Baltazar pour cette démonstration !

Petite note personnelle à l’attention des commerciaux en cosmétique : un perroquet a seulement besoin d’eau pour se laver. Pas de savon ou autre produit, ils  détruiraient le « film protecteur » des plumes, et pourrait engendrer des démangeaisons de peau et aller jusqu’au picage.

Bonne raison n°2 : un rituel zen

Le bain est un moment zen pour nous aussi (par contre pour nous pas besoin de bougies et de bain moussant ! ). C’est une excellente manière de nous détendre et d’apaiser nos tensions.

Se laver fait partie de notre rituel quotidien. Et comme tout rituel, il se doit d’être appliqué dans un certain ordre. Petite description pour les bipèdes de votre genre non-initié :

–          On commence généralement par prendre une gorgée d’eau, histoire de prendre la température  !

–          On secoue le bout du bec et la tête pour que l’eau se répartisse partout

–          Puis on saute à pied joins dedans (enfin, si c’est un bain !)

–          Et on secoue vigoureusement en alternance les ailes et le croupion pour humidifier toutes les plumes, et envoyer de l’eau un peu partout (les perroquets sont partageurs !!!)

–          Une fois fini, on « essore » les plumes en se secouant un peu le popotin et en gardant les ailes un peu ouvertes. Le soleil est top pour aider au séchage, par contre le sèche-cheveux on n’aime pas trop çà… alors évitez s’il vous plait (risque de brûlure).

–          Puis on réorganise les plumes (on les replace, on laisse tomber les plumes mortes, on émiette les tubes de kératine des plumes de mues …) le tout à l’aide du bec

–          On se nettoie aussi les pattes et le bec (en le frottant sur le perchoir)

Mako aime se laver dans les mains de son humain chouchou ! observez bien son  comportement, vous y lirez les différentes étapes.

Soins bonus :

Après tout çà 2 options de nettoyage (à utiliser seule ou à cumuler) :

  • Le lustrage et l’imperméabilisation

Les oiseaux sont dotés d’une glande sécrétant une « huile de soin spéciale plumes », c’est la glande uropygienne. La glande uropygienne est située en bas du dos, juste avant le début de la queue.

Chez certains d’entre nous (Psittacidés) cette glande est bien développée comme pour la perruche ondulée ou l’ara chloroptère. En revanche, elle est absente chez certains comme chez les amazones ou l’ara hyacinthe.

Lorsqu’on se toilette, on stimule la production de cette substance par de légers contacts du bec. Vous avez déjà du nous voir dans cette position d’apparence inconfortable.

  • Le grattage ou poudrage au duvet

Le duvet poudreux ou pulviplumes existe chez peu d’espèces d’oiseaux mais les perroquets en sont équipés. La quantité de poudre est variable selon les espèces : assez élevée chez les perruches callopsittes, les cacatoès et les perroquets gris, pratiquement nulle chez les perroquets amazones, les inséparables, le grand éclectus et les conures.

C’est cette fine poudre qui s’échappe du plumage quand votre perroquet se secoue ou laisse sur vos vêtements après sa toilette.

La poudre de plumes est produite par  de très petites plumes à croissance continue et libérée lorsque celle-ci se rompt (par exemple lors de la toilette). Elle est très fine,  un peu cireuse et principalement constituée de kératine.

Le duvet poudreux est réparti sur tout le corps chez les Psittacidés, parmi les plumes de contour et le duvet définitif. Il participe à l’imperméabilité et à l’entretien du plumage (effet lissant).

nettoyage-toilette-sante-bain-douche-laver-hygiene-perroquet-perruche-ara

Bain, douche, c’est une question de goût !

Nous ne réagissons pas tous de la même manière en ce qui concerne la toilette. Chaque individu a sa personnalité, son baguage émotionnel et donc ses affinités vis-à-vis de ce sujet.

Le baguage génétique de votre coco peut aussi  influer sur ses préférences de toilettage, et ce même s’il est né en captivité (car nous n’avons pas eu suffisamment de générations pour modifier notre baguage génétique). La pluie fait partie du quotidien dans les zones tropicales, les perroquets originaires de ces contrées (aras, amazones…) ont donc l’habitude de ces « douches naturelles ». En revanche, la pluie peut avoir un effet dingue sur des espèces vivant en zone plus aride : les cacatoès, par exemple, sont très excités par les premières gouttes d’eau ! Ils se secouent souvent tête en bas, ailes écartées pour emprisonné un maximum de gouttes dans leurs plumes. Lors de ces événements,
ils mettent un petit moment à perdre de l’intérêt pour ça. Ahhh… ces cacatoès toujours un peu foufou !!!

L’enthousiasme pour l’eau diffère donc selon les espèces et selon les individus.  Pour la plupart d’entre nous, le bruit et le contact de l’eau a un pouvoir attrayant et appelle immédiatement à la toilette des plumes.

Par exemple, les aras apprécient énormément prendre une douche avec leur humain chouchou dans la salle de bain. Les perruches, en revanche, préfèrent la fine pluie d’un brumisateur et se contorsionnent pour que les gouttelettes d’eau se répandent sur un maximum de plumes. D’autres, comme par exemple les inséparables, préfèrent encore les bains.

Quand doucher son perroquet ?

Le rituel du bain doit se faire en plein jour d’une part pour que nous ayons le temps de sécher avant d’aller au lit. Comptez minimum 2 heures avant le couché.

En terme de fréquence, chacun d’entre nous à ses préférences : plus ou moins souvent. A vous de trouver ce qui correspond à votre doudou !

Une moyenne de 2 douches/bains par semaine est une bonne moyenne. En période de mue, il ne faut pas hésiter à nous proposer plus régulièrement l’accès à l’eau car cela faciliter la repousse de nos nouvelles plumes.

Bonne raison n°3 : une occupation longue durée

Le toilettage, une solution face au picage ? En termes de comportement, on dit que le toilettage est une occupation dite de confort. Cette dernière est extrêmement chronophage pour un oiseau. Laver son perroquet (avec sa volonté, bien évidemment…) est un excellent moyen de lutter contre le picage tout simplement car une simple de douche de quelques minutes peut occuper un perroquet un long moment. Après la douche, il passe beaucoup de temps à se sécher, à replacer ses plumes, à ouvrir ses tubes de kératine, etc…  Il s’occupe donc de ses plumes mais à bon escient !

Mon perroquet refuse de se laver

Pour la plupart d’entre nous, pas  besoin  d’encouragement pour aller se laver. Si vous tombez sur un perroquet un peu réticent, accompagnez le avec douceur et encouragez-le les premières fois.  Si vous tombez sur un perroquet totalement réticent à cette idée, il est important de trouve un moyen non-traumatisant de le laver pour la bonne santé de leur plume et leur peau. Le forcer à prendre une douche ne sert à rien.

Voici quelques solutions simples pour perroquets anti-douche :

–          Déposer  une touffe d’herbe, une branche feuillue, une salade bien arrosées préalablement, le perroquet se fera un plaisir de se frotter dessus.

–          Lors d’une pluie fine, sortir la cage dehors. Quelques minutes suffiront. (Idée à oublier en cas d’orage, évidemment…).

Je grelotte ….

Une fois mouillé, il est important de nous écarter des courants d’air pour ne pas qu’on tombe malade.
Toutefois, si vous voyez mes plumes de ventre trembler après mon bain, ne vous inquiétez pas…. C’est un comportement normal et courant après un bain. Le fait de contracter les muscles de ma poitrine (d’où leur mouvement) m’aide à faire remonter ma température corporelle.

Photos :

Passoa, Cacatoès à huppe jaune (Alicia Colin)

Léo, Perruche Alexandre (Nathalie Poublan)

Baltazar, Amazone front jaune (Astrid)

Mako, inséparable rosegorge (Adrien Garcia)

Nala, Amazone front jaune

Zazu, Ara ararauna (Fanny Detroyat)

Brindille, Amazone à front bleu (Béatrice Pellaton)

Khalessi, Eclectus  (Deborah Sekutowski)

Pick-up, Amazone à épaulettes jaune (Béatrice Pellaton)

Baltazar, Amazone front jaune (Astrid)

Khalessi, Eclectus  (Deborah Sekutowski)

Conditions d’utilisation / reproduction des textes
Copyright © Mon Perroquet et/ou auteurs des textes 2016 à 2026
Tous droits réservés